Le « Big Three », composé de Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic, s’organise pour venir en aide aux joueurs mis en difficulté par la paralysie du tennis mondial en raison de la pandémie de coronavirus, a expliqué le N.1 mondial Novak Djokovic samedi sur les réseaux sociaux.

Les instances dirigeantes du tennis mondial pourraient aussi apporter leur contribution, selon ses déclarations.

« J’ai parlé à Roger (Federer) et Rafa (Nadal) il y a quelques jours, on a eu une longue conversation à propos du futur proche du tennis, de ce qui va se passer, et en particulier de comment on peut contribuer et aider les joueurs moins bien classés, qui sont les plus en difficulté », a répondu Djokovic, interrogé par le Suisse Stan Wawrinka sur la manière dont le tennis pouvait aider ces joueurs, au cours d’une discussion en direct sur Instagram samedi après-midi.

« La majorité des joueurs classés entre la 200e ou 250e place mondiale, et la 700e ou 1000e ne sont pas soutenus par leur fédération, n’ont pas de sponsors, et sont en quelque sorte livrés à eux-mêmes », poursuit le Serbe.

« A ce stade, il semble qu’il y aura entre 3 et 4,5 millions de dollars redistribués à ces joueurs », estime-t-il, en évoquant un fonds de soutien (Player Relief Fund) à venir, qui pourrait être alimenté à la fois par l’ATP, « probablement les Grand Chelem », et les joueurs.

Selon la presse spécialisée, Djokovic, en tant que président du Conseil des joueurs, et en accord avec Federer et Nadal, a proposé dans un message adressé à l’ensemble des joueurs que les membres du top 100 en simple, et ceux du top 20 en double, contribuent à ce fonds, selon leur classement (de 30.000 dollars pour le top 5 à 5000 dollars à partir de la 51e place).

A ce million de dollars environ réunis, s’ajouterait notamment un apport similaire de l’ATP estime Djoko qui précise que l’ATP travaille » sur des critères d’attribution » .

Djokovic a aussi envisagé qu’une partie de la dotation de « certains tournois, peut-être du Masters (qui réunit, en théorie, les huit meilleurs joueurs de la saison en novembre), puisse être transféré à ce fonds de soutien », en fonction du sort de la saison et à condition que les joueurs soient d’accord.
« Ou si on ne joue plus de tournoi cette saison, peut-être qu’on peut collectivement prélever un certain pourcentage de notre prize money à l’Open d’Australie et le reverser à ce fonds », a-t-il encore proposé .