Le numéro un mondial de tennis Novak Djokovic a contesté jeudi en justice la décision des autorités australiennes d’annuler son visa et de l’expulser du pays, nouvel épisode d’une saga qui a viré à l’incident diplomatique.

Selon une source judiciaire, un magistrat de Melbourne, Anthony Kelly, devait examiner jeudi la requête du Serbe, retenu par les services d’immigration à Melbourne depuis son arrivée mercredi soir dans l’intention de participer à l’Open d’Australie.

Le rocambolesque voyage de Djokovic « Down Under » a provoqué un incident diplomatique, le président de la Serbie, Aleksandar Vucic, accusant l’Australie de « mauvais traitement » envers le champion.

Djokovic était tout sourire pour annoncer son départ pour Melbourne sur son compte Instagram mardi. Mais le Serbe, qui s’était opposé à la vaccination obligatoire et dont le statut vaccinal est inconnu, a finalement déchanté.

Son visa a été annulé, les douanes australiennes expliquant que « M. Djokovic n’a pas fourni les éléments appropriés pour entrer en Australie » et que « les ressortissants étrangers qui ne disposent pas d’un visa valide ou dont le visa a été annulé seront placés en détention et expulsés d’Australie ».

Le sort réservé à « Djoko » est très mal passé du côté de la Serbie. Son président Aleksandar Vucic, déclarant avoir parlé au N.1 mondial au téléphone, a écrit sur Instagram que « toute la Serbie était avec lui (Djokovic) » et que « les autorités prenaient toutes les mesures nécessaires pour que le mauvais traitement du meilleur joueur de tennis du monde cesse aussitôt que possible ».