Par Admin

Les dizaines de stars du tennis placées en stricte quarantaine dans des hôtels avant l’ouverture de l’Open d’Australie ne bénéficieront d' »aucun régime de faveur » pour s’entraîner, ont annoncé lundi les autorités sanitaires australiennes.

Contraints de taper des balles contre les murs ou les fenêtres de leur chambre, des joueurs ont appelé à un assouplissement des mesures d’isolement pour être au mieux de leur forme pour disputer le premier tournoi du Grand Chelem de l’année, qui doit débuter le 8 février.

Ce week-end, des passagers ont été testés positifs au Covid-19 sur trois des 17 vols qui transportaient les joueurs et leur entourage à Melbourne et Adélaïde.

Les 72 joueurs ou joueuses qui étaient à bord, soit un peu plus du quart des 256 engagés, n’auront pas le droit de s’entraîner avant la fin de la quatorzaine destinée à empêcher tout risque de propagation du nouveau coronavirus.

 Les autorités sanitaires ont précisé lundi avoir recensé deux nouveaux cas, ce qui porte à six le foyer épidémique lié à l’Open d’Australie.

 Plusieurs joueurs ont exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux.

 Le numéro 1 mondial Novak Djokovic, après avoir voyagé à bord d’un vol où aucun cas n’a été recensé est autorisé à s’entraîner, aurait ainsi adressé une liste de demandes aux organisateurs du tournoi dans laquelle figurait notamment le droit de s’installer dans des maisons de particuliers équipées d’un court de tennis.

 Le Premier ministre de l’Etat de Victoria Daniel Andrews a rejeté ces demandes, affirmant que les autorités n’infléchiront pas plus les mesures mises en place.

 « Il n’y a aucun traitement de faveur ici. Le virus ne traite personne de manière spéciale et par conséquence, nous non plus », a-t-il affirmé.

 Les dispositions spéciales dont bénéficient les joueurs ont déjà provoqué de vives réactions en Australie, certains se demandant pourquoi plus d’un millier de joueurs et leur entourage ont pu venir en avion pour participer au tournoi alors que des dizaines de milliers d’Australiens restent bloqués à l’étranger.

 L’immense île-continent a fermé ses frontières internationales en mars et limité le nombre de ses ressortissants autorisés chaque semaine à rentrer dans le pays.

 – « Privilégiés » –

 Contrairement aux personnes de retour dans le pays, la majorité des joueurs qualifiés pour l’Open d’Australie ont le droit de sortir de leur chambre cinq heures par jour afin de s’entraîner.

Andrews a affirmé que les joueurs avaient été informés, avant leur venue, de ces règles de quarantaine très stricte.

 « L’idée qu’il y a eu un changement, l’idée que les gens n’ont pas été informés, je pense que cet argument n’a vraiment aucun fondement », a-t-il dit.

 Certains ont rappelé que Melbourne a subi quatre longs mois de confinement l’an passé, à l’issue desquels l’épidémie a été maîtrisée.

 « Notre sécurité sanitaire est plus importante pour nous que vos sentiments de privilégiés », a écrit une personne sur Twitter.

 « La plupart d’entre nous, ici à Melbourne, ne veulent pas que les joueurs de tennis puissent réintroduire le virus et nous contraignent à revenir à des restrictions plus strictes », a ajouté un autre.

 La Française Alizé Cornet a présenté sur Twitter ses excuses aux Australiens après avoir effacé un tweet dans lequel elle qualifiait de « démentielle » la mesure de quarantaine.

 « Votre réaction à ce commentaire sans tact m’a fait réaliser ce que vous avez vécu l’année dernière et combien vous avez souffert, a-t-elle écrit. Je crois que je suis un peu anxieuse par rapport à tout ça et j’aurais mieux fait de me taire ».

 La Fédération australienne de tennis a commencé à livrer des appareils pour permettre aux joueurs en stricte quatorzaine de s’entraîner alors que certains s’inquiètent des risques de blessures à leur retour sur les courts lors de la semaine des tournois de préparation qui débutera à Melbourne le 31 janvier.

Le joueur néo-zélandais Artem Sitak a ainsi raconté sur la chaîne australienne ABC qu’il entendait « partout » le bruit des balles rebondissant contre les murs des chambres de son hôtel, tout en essayant de faire des étirements, et des exercices.

 Source: AFP