Par Admin

 Des missiles au service, suivis si nécessaire de rafales de coups au laser du fond du court : le Russe Daniil Medvedev a remporté une bataille rangée dimanche face à Alexander Zverev pour gagner le Masters 1000 de Paris, son premier titre de la saison.

Le Russe, 5e mondial, qui n’avait jamais dépassé le 2e tour du tournoi en salle parisien, s’est imposé 5-7, 6-4, 6-1.

Cette victoire va lui permettre de monter au 4e rang au classement ATP lundi, devant Roger Federer, et d’aborder avec le plein de confiance le Masters de Londres (15-22 novembre).

Une bonne partie du match s’est jouée au service, les deux hommes, réputés pour avoir deux des plus grosses premières balles du circuit, multipliant les mises en jeu au-delà des 200 km/h.

Le premier à breaker a été Zverev qui a ainsi évité le jeu décisif au 1er set.

L’Allemand a ensuite tenu le choc pendant une grande partie de la deuxième manche, écartant notamment plusieurs balles de break à 1-1. Mais les frappes rasantes du Russe ont petit à petit entamé sa défense.

A 4-4, Medvedev a enchaîné 7 jeux victorieux d’affilée pour remporter la deuxième manche et se détacher 4-0 dans le set décisif. Trop loin pour que Zverev puisse revenir.

– Les ennuis de Zverev –

Jusque-là, l’Allemand de 23 ans n’avait perdu qu’une fois en 6 rencontres avec Medvedev (24 ans), au Masters 1000 de Shanghai l’an dernier, alors que le Russe réalisait une saison exceptionnelle (avec un finale homérique à l’US Open face à Nadal et ses deux premiers titres en Masters 1000, Cincinnati et Shanghai).

Contrairement à Medvedev qui n’avait plus gagné un tournoi depuis Shanghai l’an dernier, Zverev restait sur deux titres consécutifs en octobre à Cologne où se sont joués deux tournois en deux semaines, soit 12 matches remportés consécutivement, depuis sa défaite en 8es à Roland-Garros.

Il n’avait jamais dépassé les quarts à Bercy (2018).

Les ennuis que Zverev rencontre dans sa vie privée, et notamment les accusations de violences lancées par une ex-petite amie qu’il nie en bloc, ne semblent pas avoir d’effet négatif sur son jeu.

A la fin du match dimanche, il est lui-même revenu sur le sujet sur le court, au milieu d’une salle de Bercy désespérément vide en raison du huis clos sanitaire : « Beaucoup de gens vont essayer d’effacer le sourire de mon visage, mais sous mon masque (sanitaire) j’ai un large sourire, je me sens incroyablement bien sur le court, les gens que j’aime sont avec moi. Je vais bientôt être père, tout va très bien dans ma vie ! », a-t-il lancé.

Cette paternité est cependant une autre source d’ennuis pour lui puisqu’il est séparé de la future mère.

Il sera lui aussi au tournoi des maîtres à Londres aux côtés de Novak Djokovic, Rafael Nadal, Dominic Thiem, Daniil Medvedev, Stefanos Tsitsipas, Andrey Rublev et Diego Schwartzman.

 

Source :AFP