Toutes les conditions sont réunies pour réussir les éliminatoires africaines de Taekwondo  qualificatives  pour les Jeux olympiques  et paralympiques de Tokyo 2020, qui seront organisées à la salle couverte du complexe sportif prince Moulay Abdellah à  Rabat du 21 au 24 février, a assuré le président de la Fédération royale marocaine de taekwondo (FRMTKD), Driss El Hilali.

Le défi réside dans la tenue d’éliminatoires réussies, tant au niveau de l’organisation que des résultats, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, vendredi à Rabat, consacrée aux préparatifs du Maroc pour accueillir ces éliminatoires, soulignant que la Fédération a déployés de grands efforts pour avoir l’honneur de les organiser, d’autant plus qu’elle était en lice avec celles d’Egypte et la Côte d’Ivoire.

Le Maroc a eu l’honneur d’abriter  cet événement sportif majeur pour la deuxième fois de suite après celui des qualifications pour les JO de Rio 2016,  grâce à la confiance que lui témoignent les membres du bureau exécutif de la Fédération internationale , dont Driss Hilali fait partie)  et du fait qu’il  dispose d’infrastructures  de haut niveau  qui lui permettent d’organiser de telles manifestations aux niveaux international et africain poursuivi le président de la fédération .

Plus 30 pays représentés par plus de 100 sportifs seront au rendez-vous pour prendre part à cet événement sportif continental.

L’enjeu pour la fédération et la direction technique nationale est la qualification de quatre athlètes pour les Jeux de Tokyo dans la discipline de Taekwondo  qui était présente aux JO depuis son adoption officielle aux Jeux de Sydney 2000.

Le directeur technique national, Philippe Bouedo, a quant à lui souligné que l’équipe nationale marocaine de Taekwondo est composée de jeunes champions avec une moyenne d’âge de 19 ans, ce qui signifie qu’ils ont de grandes chances d’obtenir de bons résultats aux Jeux de Tokyo mais aussi aux  olympiades de Paris 2024.

Les athlètes nationaux ont commencé les préparatifs de cet événement international il y a trois ans, afin d’obtenir des résultats positifs à Tokyo, a expliqué M. Bouedo, notant qu’ils ont suivi des entraînements sérieux et ardus, sachant que les équipes nationales sont  en tête du classement africain tant au niveau masculin que féminin et sur le plan du classement général.

La qualification  aux jeux olympiques de Tokyo n’est pas une fin en soi mais l’objectif majeur est d’arracher une médaille, que ce soit à Tokyo ou à Paris, a-t-il martelé, mettant en relief les critères objectifs et pertinents de sélection des athlètes qui prendront part à ce tournoi qualificatif  aux JO de Tokyo.

La direction  technique nationale aspire à qualifier le plus grand nombre de champions, sachant que chaque pays participera avec quatre sportifs (deux dans la catégorie masculine et autant dans la catégorie féminine).

Quatre éléments de l’équipe nationale de poids différents, hommes et femmes, concourront dans ces éliminatoires afin de se qualifier pour les Jeux de Tokyo prévus pour l’été prochain (24 Juillet- 9 août) , au même titre que deux autres dans la catégorie du para-taekwondo qui sont Mohamed Atif et Soukaina Sabbar.

Dans cette dernière catégorie le Maroc a déjà qualifié un para-taekwondoiste. Il s’agit de Rachid Ismaili Aloui.

Quant aux quatre taekwondoistes  choisis par la DTN pour participer au tournoi qualificatif aux JO 2020 ils sont : Omar Lakhal (-58kg) , Achraf Mahboubi ( -62) ,Nada Laaraj (-57) et Oumaima El Bouchti  (-53).

A rappeler que le Maroc a été représenté aux derniers jeux olympiques  de Rio 2016 dans la discipline de Taekwondo par Omar Hajjami , Naima Bakkal et Wiam Dislam ; qui a manqué sur le fil une qualification en demi-finale alors qu’elle menait 2-1 face à la Championne du monde, L’Espagnole Maria Del Rosario Espinoza.

En taekwondo le potentiel existe et les promesses de médailles pour Tokyo 2020 sont bien réelles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here