(Reuters)
Compte-rendu

Pour la 40e fois sur le circuit, Roger Federer et Rafael Nadal vont s’affronter vendredi, dans le dernier carré de Wimbledon. Le Suisse a écarté Kei Nishikori, avant que l’Espagnol ne domine Sam Querrey.

35 jours après leur dernier affrontement en date, une demi-finale de Roland-Garros facilement remportée par l’Espagnol (6-3, 6-4, 6-2), Roger Federer et Rafael Nadal seront opposés vendredi à Wimbledon, où ils ne s’étaient jusqu’alors croisés qu’en finale (2006, 2007 et 2008). Mais c’est dans le dernier carré que ces deux légendes vivantes du tennis vont être face à face pour la 40e fois sur le circuit (24-15 pour Nadal, mais 1-2 au All England Club).

Federer, le quart de finaliste qui avait passé le moins de temps sur les courts londoniens, a été le premier à obtenir son billet, en s’offrant au passage le record du nombre de victoires sur un même Majeur (100). Mais il aura dû batailler contre Kei Nishikori, qui l’avait poussé à un match en cinq sets lors de leur unique opposition en Grand Chelem, à l’Open d’Australie en 2017. Cette fois, « Rodgeur » n’a eu besoin « que » de quatre manches pour faire entendre raison à son adversaire (4-6, 6-1, 6-4, 6-4 en 2h36).

Tout le monde attend ce match

Roger Federer

Un Japonais agressif qui aura pris le meilleur départ, avant d’être balayé dans le deuxième acte. Les débats se sont alors équilibrés dans un troisième set très accroché, où Federer a finalement réussi à faire le break à 3-3. Et dans la quatrième manche, en dépit de nombreuses opportunités de s’emparer du service adverse, le Suisse, quasiment implacable sur ses mises en jeu et auteur de 11 aces, a dû patienter jusqu’à 4-4 pour faire craquer Nishikori, stoppé pour la troisième fois de l’année en quarts de finale d’un Grand Chelem.

« Rafa ? On a beaucoup d’informations sur lui, comme lui sur nous, a-t-il ensuite expliqué tout sourire, interrogé sur des potentielles retrouvailles avec le Majorquin. Et je sais que tout le monde attend ce match, comme à Paris. Ce serait très excitant. » Quelques dizaines de minutes plus tard, ce 40e affrontement devenait réalité, grâce au succès, beaucoup plus tranquille, de Nadal contre Sam Querrey (7-5, 6-2, 6-2 en 2h06).

Le géant américain, habitué à couper des têtes à Wimbledon (Djokovic en 2016, Murray en 2017), aura fait illusion une manche, la première, en débreakant à 4-5 alors que Nadal s’était procuré quatre balles de set. La suite aura été beaucoup moins disputée, « Rafa » écœurant peu à peu le 65e joueur mondial. Un Espagnol « très impatient » d’en découdre à nouveau avec Federer sur le gazon anglais. Et il n’est probablement pas le seul à attendre ce choc…

Source : sports.fr