(Reuters)

Alors que Novak Djokovic affronte ce dimanche Roger Federer en finale de Wimbledon, son ancien entraîneur Boris Becker, a avoué que son ex-poulain gérait mal le manque d’amour du public à son égard.

Novak Djokovic jaloux de Rafael Nadal et Roger Federer. C’est en substance ce que Boris Becker a concédé ce vendredi au micro de la BBC. Coach du joueur serbe entre 2014 et 2016, l’Allemand a indiqué qu’il en avait parlé avec son protégé. « Nous avons eu plusieurs discussions sur le sujet. Evidemment, Novak a des millions de fans, mais lorsque l’on parle de Nadal et Federer, il s’agit de deux des sportifs les plus populaires au monde. Pas seulement parmi les joueurs de tennis. Et à ce niveau, la lutte devient très difficile. » Sous-entendu, gagner le cœur des supporters face à deux tels monstres serait aussi compliqué (et peut-être même plus) que de réussir un Grand Chelem.

Mais Boris Becker ne s’est pas arrêté là et s’est montré plus clair dans ses propos, trahissant très probablement un secret discuté entre lui et Djokovic: « Je pense qu’aujourd’hui, il est un peu passé au-dessus de cela car il sait qui il est. Mais à une époque, je sais que cela l’ennuyait, oui. » Selon le consultant de la BBC, « Djoko » était donc bel et bien jaloux de « Rafa » et « Rodgeur ». Et pas sûr que cela lui soit passé, surtout lorsque l’on se remémore son attitude ce vendredi, lors de son duel remporté face à Bautista Agut. Agacé par le soutien affiché par le public à l’outsider espagnol, Djokovic s’était alors retourné vers les tribunes en tendant l’oreille, tout en envoyant un « chut » qui en disait long, dans leur direction.

Et même si « Nole » calmait le jeu en conférence de presse d’après-match, précisant qu’il « comprenait l’attitude du public » et qu’il « avait suffisamment reçu de soutien à Londres au fil des ans pour ne pas (se) plaindre », nul doute que l’agacement de ne pas parvenir à capter tout l’amour des supporters le dérange encore un peu. Ce dimanche, face à Roger Federer, chouchou incontesté du public anglais, Novak Djokovic devra à nouveau ronger son frein et mettre son amour-propre au placard pour ne se concentrer que sur son tennis. Et s’il n’est pas leader dans le cœur des fans présents dans les gradins, il pourra se consoler en se disant que lors de ses deux finales disputées à Wimbledon face au Suisse, c’est bien lui qui l’avait emporté. Un sacré lot de consolation pour « Nole le mal-aimé ».

sources :  sports.fr